•  

    Je me sens souvent perdu sur une scène étrangère

    Comme une eau démontée et meurtrière

    Des vagues douces devenues amères

     

    Pourtant sous tant de grandes et de petites misères

    Malgré le vacarme alarmant des flots de l'univers

    Je trouve un abri paisible qui du danger me libère

    Si dans ma mémoire, je cherche ce phare bienveillant et très cher

    Qui guide tous ceux qui sont perdus en mer

     

    Je le vois briller au loin par intermittence

    Ce clignotement régulier aiguise ma désir'ance

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    La mer jamais lassée de chanter

    Dans la douceur des temps de l'été

    Emporte au loin mes pensées

    Et mon coeur qui se laisse bercer

     

    Sur la grève endormie, j'écoute le silence

    De l'horizon qui fuit à travers les nuages

    Moment profond dans sa magnificence

    Où l'on oublie la vie, où tout semble mirage

     

    Aussi pur que dans ma paupière,
    Le jour pénètre ton flot pur,
    Et dans ta brillante carrière
    Tu sembles rouler la lumière
    Avec tes flots d’or et d’azur 

     

    La mer abat ses cartes

    Devant les bottes des falaises

    Sous la visière de l'azur

    L'immensité déploie sa nappe royale

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Errance

    Itinérante

    Intimerrance

    Joie à peine exprimée

    Peine déprime

    Sourire tendresse

    Bruit de la mer symbole espoir

    Silence de l'amour

    Que vient troubler le vol d'une libellule fragile

    Errance des regards suppliants

    Humides de toute l'eau des rivages

    Itinérante des invitations au voyage

    Nostalgie d'un bonheur sans visage

    Intim'errance des caresses fugitives

    Au travers des secrets paysages

     

    C'est le faible écho d'une plainte

    Un cri qui ne se perçoit pas

    Une lente et sourde complainte

    Que les autres n'entendent pas

     

    " Entre tous mes tourments entre la mort et moi
    Entre mon désespoir et la raison de vivre
    Il y a l'injustice et ce malheur des hommes
    Que je ne peux admettre il y a ma colère

    Il y a les maquis couleur de sang d'Espagne
    Il y a les maquis couleur du ciel de Grèce
    Le pain le sang le ciel et le droit à l'espoir
    Pour tous les innocents qui haïssent le mal

    La lumière toujours est tout près de s'éteindre
    La vie toujours s'apprête à devenir fumier
    Mais le printemps renaît qui n'en a pas fini
    Un bourgeon sort du noir et la chaleur s'installe

    Et la chaleur aura raison des égoïstes
    Leurs sens atrophiés n'y résisteront pas
    J'entends le feu parler en riant de tiédeur
    J'entends un homme dire qu'il n'a pas souffert 

    Toi qui fus de ma chair la conscience sensible
    Toi que j'aime à jamais toi qui m'as inventé
    Tu ne supportais pas l'oppression ni l'injure
    Tu chantais en rêvant le bonheur sur la terre
    Tu rêvais d'être libre et je te continue. "

     

     

     

    Paul Eluard

    " Dit de la force de l'amour "

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Va et vient savoureux mer douce et cavalière

    Frôlée par la houle d'une immense crinière

    Caressant la grève où, l'espace d'un instant

    Les vagues de désirs effaceront le temps

     

    Que rien ne filtre au travers

    Mais qui laisse dans son sillage 

    Le pâle reflet d'une image

     

    Les plages lointaines

    Sont des épaves de mer

    Des larmes où ne viennent

    S'échouer que les regrets amers

     

    Il me brûle, le vent salé

    Qui soulève en vagues grises

    Le sable froid qu'ont tant pleuré

    Les âmes qui agonisent

     

    Reste le silence paisant

    Pesant sur la mer à l'infini

    Qui raconte à qui l'entend

    La mer est en mal d'agonie

     

    La sirène lointaine

    Répond à l'appel des perdus

    Le cri des âmes en peine

    Qui se noient en âmes déchues

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique