• Norma Projection

     

     

     

    Chaleur étouffante, nuit étoilée, une avenue bordée de réverbères.

    Un jardin traversé par une étroite allée, souffle une brise légère.

    Grincement d'une porte d'entrée, restée entr'ouverte ...

    Un gâteau d'anniversaire, tombé sur la moquette.

    Une chambre, un lit, des draps froissés, un corps allongé.

    Un visage négatif blanc sur lequel vient s'exprimer des fantasmes ...

    Une main qui pend, l'extrémité d'un doigt tremblant touche une crème trop épaisse.

     

    Norma pense à tous ces hommes, à ceux qui préfèrent les blondes

     Et à Elizabeth qui coure toujours derrière ces millions de dollars !

    Norma a un pressentiment que quelque chose va craquer.

    Sur sa table de chevet, des tranquillisants, des lettres d'Arthur déjà parti

    Et qui ont laissé sur leurs vies sept ans de réflexion ...

    Son regard est comme un désert, peuplé d'échos

    Et qui se mettent à résonner, raisonnance d'images ...

    Et miroirs, mirages, le soir dans un soupir, laisse le bord dans un silence la marque de ses lèvres.

    Ses yeux se ferment sur des larmes de pluie

    Et ses mains se tendent sans cesse sur le vide.

    Douleur, amour ... Qu'elle a tant rêvé de John ... Est-il encore temps d'atteindre son corps et ses baisers ?

    Mais le temps lèche toujours ses plaies ...

     

    Norma cherche des mots inertes ...

     

    Morte folie de mourir dans un rêve !

    Elle en a jamais fini, dans ce monde sans cesse à vivre.

     Son espoir colle à sa nuit, avec ce peu, avec ce rien, avec son coeur qui bat dans un rouge théâtre sur une scène vide.

     Des yeux s'allument de trésors et ses tendres paupières humides font l''envers du décor.

    Elle ne voit plus qu'un oeil et des bribes de l'univers qui éclaire encore une impuissance ...

     Dans son absence qui perle en elle tombent des gouttes de sang, elle ne dit rien.

     

    Mais les mots se pressent ...

     

    Déjà le poème remue ces ailes, à petits pas dans l'oubli.

    L'encre prend plaisir à se perdre.

    Nulle trace.

     

     

    La page hiberne.

     Au loin, Norma voit passer des trains de nuit ..

     La plume est aussi cette aiguille qui tremble dans les bras d'un mort.

    Les yeux ouverts, les yeux fermés, la mort serrant toujours ces troubles et ces violences ...

     Une étoile qui meurt pareille à ses lèvres, elles bleuissent comme du vin répandu sur une nappe.

     

    Norma a tant rêvé de John ...

    Elle a tant rêvé, tant marché, tant parlé ...

     Infini trop profond, douleur, désir et long soupir ...

    Amour ...

    Infini trop profond qui enveloppe les ténèbres et se noie dans l'immensité d'un ciel.

     Solitude, silence, une voile frisonne à l'horizon et par son isolement imite son irrémédiable existence

     Mélodie monotone de la houle, profondeur de l'océan ...

     

    Faut-il éternellement souffrir ? Ou fuir éternellement la beauté ?

     

    Un cimetière domine la vallée, un trait de feu traverse l'air gris ...

    Petite assemblée de visages, un lourd sonnet de psalmodies sous une voûte magistrale ..

     Le brouillard écrase les regards indécents, mouillés par les douleurs intimes ...

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :