• Un si long voyage ...

     

     

     

     

    Voiles aquatiques dans l'orgue des naïades

    Parfums délicieux embaumant la jetée

    ... Partir ...

    S'habiller de courage et d'espoir malgré les matins glacés

    Les midis de feu, le soir sans étoiles

    En rêves silencieux d'écume et de secret

    Dans les flots se jeter sans risquer la noyade

     

    Et cette ligne plate à en perdre la vue

    Chemin déjà tracé où glisse le naïf

    Que peut-elle bien faire pour tous ces inconnus

    Qui, regardant les nues, échouent sur les récifs ?

     

    Mille croisées roses dans le ciel clair-obscur

    Par delà l'océan de ces mots et les vents de la rose

    Voguer sur les soupirs que les vagues murmurent

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :